Le groupe Sipa-Ouest-France vient d’ouvrir OFF7, sa structure d’accompagnement de projets, accessible à toutes les startup à condition d’avoir un lien, même lointain, avec une des thématiques du groupe.

« Trouver d’autres leviers de développement pour le groupe que ses activités traditionnelles », c’est ainsi que Fabrice Bazard, Directeur du développement des activités numériques, explique l’objectif de l’accélérateur de son entreprise. Ouest-France vient en effet de mettre en place sa structure d’accompagnement de startup : OFF7. Pour l’occasion, il s’est associé à Birming Group, société nantaise qui a déjà créé l’Opération Éléphant pour la Nantes Tech. Ensemble, ils mettent en place dès juillet un programme de 12 mois pour au moins 8 startup, basées à Nantes (au Startup palace) et à Rennes (sur la newsroom du journal qui vient d’être rénovée).

Un groupe qui diffuse 900 000 journaux quotidiennement

L’enjeu est donc économique pour le premier quotidien français. L’activité du groupe est toujours importante avec 900 000 journaux vendus quotidiennement (Ouest-France, Presse Océan, le Maine-Libre, le Courrier de l’Ouest), ainsi que 2,4 millions de lecteurs par jour sur le web. Sipa-Ouest-France s’est aussi diversifié dans les hebdos, via sa filiale Publihebdos, qui pèse pour « 30 à 40% du marché national » d’après Fabrice Bazard. Pour autant, il est fortement impacté par la crise qui touche les médias français et leur rentabilité. Le salut pourrait donc venir d’une diversification des activités. Mais l’enjeu est aussi « d’accélérer la transformation numérique de Ouest-France » pour son Directeur du numérique.

Faciliter l’accès aux marchés

Concrètement, OFF7 proposera donc un hébergement et un accompagnement sur 1 an. Les startup pourront aussi bénéficier d’un apport en capital allant jusqu’à 150 000€ (versé en 2 fois) contre une prise de participation minoritaire, de l’ordre de 10 à 15%. Le groupe Ouest-France offrira également l’accès à un ou plusieurs marchés via ses activités traditionnelles, et aux audiences qui vont avec. Les jeunes pousses pourront aussi profiter de la force commerciale du groupe, qui pourra associer ses filiales comme Précom. Le but sera de « réduire le Go to market » et « aider à trouver le Product Market fit » pour Florian Hervéou, membre de Birming et responsable du programme. En somme, aider les startup à décoller plus rapidement grâce aux infrastructures d’un grand groupe.

Possible de candidater le reste de l’année à OFF7

Si cette première promotion devrait être composée de « 7 à 8 startup » d’après Fabrice Bazard, pour OFF7 « la vie continue au delà des appels à projets ». Pas besoin donc d’attendre un an pour présenter son entreprise. Ces dernières ne se limitent d’ailleurs pas à la thématique des médias, mais devront avoir un lien avec une des « verticales » du groupe. Elles devront aussi être composées d’au moins 2 personnes, avec un prototype ayant déjà été testé. S’il n’y a pas de limite géographique pour le recrutement, OFF7 devrait « privilégier des sociétés de Nantes et Rennes » pour le Directeur des activités numériques. Car la vocation est aussi pour Ouest-France de se « créer un écosystème numérique avec des participations minoritaires ». Ceux qui veulent en faire partie ont jusqu’au 2 juin pour candidater.

Plus :
OFF7, l’accélérateur du groupe Ouest-France
Candidatures avant le 2 juin
Sur le formulaire de OFF7